Édition 2022

L'édition 2022 : l'animal & le vivant

Depuis la nuit des temps, le rapport homme-animal a évolué dans de multiples formes. Cohabitant, vénéré, sacré, déifié, observé, manipulé, traité, testé, traqué, exploité, domestiqué, fantasmé... L’animal a pris différentes places pour l’homme dans le cadre de son évolution depuis la Préhistoire. Très brutalement, la pandémie a démontré la possible finitude de l’espèce humaine, et ceci par le prisme d’un animal sauvage. La pandémie a révélé fortement nos multiples contradictions quant à nos façons de voir et de faire avec le vivant.

Un temps de bascule s’est opéré depuis 2020. Depuis nos «niches » où nous nous sommesenfermés et confinés, nous avons pu prendre le temps d’observer et de constater que les animaux et globalement les organismes vivants avaient une capacité d’adaptation et de métamorphose infinie leur permettant de traverser les ères. Des oiseaux aux renards dans les rues des villes en passant par le blob, nous avons regardé hagards nos environnements devenus au gré du temps de parfaits inconnus... nous renvoyant à qui nous étions : une espèce vulnérable comme toute espèce vivante.

L’angoisse de notre propre extinction a bousculé les schémas, et ainsi nos rapports de domination-exploitation à tout ce qui nous entoure : notre milieu naturel.

Notre intérêt s’est alors davantage accentué sur les autres espèces qui peuplent avec nous la Terre. Sorti du périmètre des scientifiques qui les observent, les analysent, les qualifient et les quantifient pour nous sensibiliser, nous alerter, nous faire changer, l’animal a repris une place prégnante comme sujet de société.

De manière assez percutante, l’animal est partout : dans les arts, la culture, le droit, et tout bêtement dans nos vies quotidiennes. Il s’agit d’un symptôme de l’angoisse profonde de notre survie avec le besoin de questionner et de heurter nos rapports à la planète et au vivant ... en souhaitant y apporter des solutions ou en tout cas une forme d’équilibre pour mieux cohabiter, coapprendre, coévoluer.

L’animal actuellement est devenu un sujet, il supplante l’homme en tant qu’acteur, il va même jusqu’à le soigner de ses folies.

La société humaine serait-elle malade d’elle-même et de son emprise? Ivre de trop d’humains qui dominent le monde et qui l’emmènent à sa dérive et à sa perte en tant qu’espèce vivante? L’animal dans l’illustration comme médium d’un sujet ou d’un malaise profond peut être une passerelle pertinente pour aller plus loin : voir et contempler tous les autres êtres vivants, visibles et invisibles, qui constituent notre monde. Avec son appréhension animale, Nîmes s’illustre espère contribuer à un éveil général pour susciter l’émerveillement et l’espoir d’un ré-enchantement nécessaire pour le futur. C’est en perdant certaines de nos illusions de domination sur la nature et le vivant que nous pourrons commencer à vivre une autre vie...

Les expositions

[ EXPOSITION ]

MICRO-MACRO COSMOS

01/07/22
→ 24/07/22

Musée du Vieux Nîmes

[EXPOSITION ]

LES FABLES DE GÉRARD LATTIER

01/07/22
→ 24/07/22

Galerie Courbet

[ EXPOSITION ]

WAOUF ! L'EXPOSITION DE NICHE

01/07/22
→ 24/07/22

Lavoir du Puits Couchoux

[ EXPOSITION ]

CRÉATURES HYBRIDES

01/07/22
→ 24/07/22

Maison du Protestantisme

[ EXPOSITION ]

BIOLUMINESCENCE MEXICAINE

01/07/22
→ 24/07/22

Hôtel Dieu

[ ACTUALITÉ ]

LA PROGRAMMATION DE L'ÉTÉ

→ Tous les évènements dans l'agenda

Back to top Arrow